Dynamiques des prix intérieurs

Il est un fait éloquent : les prix ont pris l’ascenseur au cours du second quadrimestre 2020 comparativement à la même période de 2019 et bien évidemment, consécutivement à la survenue de la pandémie de la Covid-19 qui a perturbé les chaines d’approvisionnement de tous les produits, et particulièrement les produits alimentaires dans un pays dont les infrastructures de transport et de communication sont défaillantes.

La figure 43 montre clairement que les niveaux des prix sur les marchés qui étaient stabilisés autour de 4% en glissement annuel durant le second quadrimestre 2019, ont été multiplies par 4 voire 7 au cours de la même période de 2020. Et cette situation se dégrade au fil du temps, attestant de l’incapacité des pouvoirs publics à trouver le remède approprié pour contenir la flambée des prix.

De la décomposition de l’inflation hebdomadaire de ce deuxième quadrimestre par composantes du panier de la ménagère, il se dégage que c’est la composante santé qui a subi la plus forte variation par rapport à son niveau de janvier 2019 (29%).

Cette composante englobe les biens tels que médicaments et autres produits pharmaceutiques, appareils et matériels thérapeutiques ; services médicaux et paramédicaux extrahospitaliers et ; services des hôpitaux. Le secteur de transport est celui qui a connu la plus faible variation en mois de juillet 2020 par rapport (0,30%). Les restrictions aux mouvements liés a Coronavirus peuvent en général expliquer la faible demande que connait le secteur de transport.

Sur le marché en général, l’annonce du premier cas de Covid-19 en mars 2020 a été à la base d’une psychose et des grandes spéculations qui ont conduit à la hausse du prix des composantes de panier de la ménagère que ça soit pour l’eau, gaz et électricité ou encore les biens alimentaires.
D’ailleurs au quadrimestre passé, le prix de la farine de maïs dans la province de Haut Katanga était passé de 35 000 CDF à 80 000 CDF pour un
sac de 25 Kg. À la mi-mai, suite à la récolte du maïs en cette campagne agricole, le sac de mais se négocie à 25 000 CDF.

Leave a Reply